lenouveaublog2015's Blog

Le meilleur de la musique de la technologie du mangas et des sports

La jeunesse actuelle a-t-elle envie de devenir adulte ?

on December 28, 2014

image

“Notre génération ne sait plus quand s’arrêter de faire la fête” : cette phrase du Londonien Clive Martin, argumentée dans un long billet publié sur Vice (traduit en français), s’appuie sur son constat, un brin désabusé, d’un manque de volonté globale pour les vingtenaires (“de vingt à ving-neuf ans” dit le Larousse) à se conformer aux “grands principes qui régissent la vie d’adulte” et à reproduire le schéma de leurs parents. A savoir, selon lui : “fonder une famille et posséder un bien immobilier”.

Dans un style qui mêle les références à de grandes thématiques historiques et sociales (la fin du baby-boom en Grande-Bretagne, le coût immobilier en forte augmentation, la part de plus en plus grande de jeunes britanniques vivant chez leurs parents) et de nombreuses observations personnelles, l’auteur décrit des “régiments de jeunes hommes et de jeunes femmes” qui ne “savent pas quoi faire” et n’arrivent pas à “inventer une nouvelle façon de vieillir” :

“Je n’ai pas encore trente ans, mais je n’en suis pas bien loin. Quand je me penche sur ma vie, je remarque qu’elle n’a pas beaucoup changé depuis mes 17 ans. L’été que je viens de passer est un bon exemple. Je me souviens avoir erré dans les rues de Londres avec mes potes, vidé des canettes de bières, entonné des chants de supporters, essayé de m’incruster à des fêtes, envoyé des textos à des meufs pour savoir ce qu’elles faisaient (mais elles ne m’ont jamais répondu), tapé des demi-grammes de coke, écouté Underw​orld et passé mes après-midis en jogging. (…) Selon moi, ce rejet global et exclusif de la maturité constitue un enjeu majeur, qui influencera probablement les futurs écrivains pour décrire notre génération. Ils raconteront comment nous avons brisé les schémas traditionnels : avoir des enfants, une maison et un boulot qui méritent qu’on trime en permanence. Ils décriront comment nous nous sommes enfermés dans une mentalité d’adolescent.”

Comme un écho à ce descriptif acerbe (“évident” et “pertinent” pour certains, ou seulement amusant par son exagération pour d’autres), le New York Times a ouvert, jeudi 25 décembre, ses colonnes à un débat de plusieurs spécialistes, qui tentent de déterminer si le concept d’âge adulte est “retardé” ou carrément “oublié” pour les jeunes générations actuelles. Leurs observations recoupent, sur de nombreux aspects, celles du texte publié sur Vice.

“Le mariage, les enfants, un salaire et une maison sont les marqueurs traditionnels de l’âge adulte. Prenez un effondrement économique qui touche particulièrement les jeunes, associez le avec une culture toujours plus grande d’individualisme et de narcissisme, et vous aurez comme résultat une disparition progressive de ces marqueurs”, écrit W. Keith Campbell, chercheur en psychologie à l’université de Georgie, quelque peu fataliste :

“Être adulte est de plus en plus vu comme un choix de vie. Je peux assumer des responsabilités d’adultes, (…) ou je peux juste choisir la Xbox et décider de ne pas commencer ma carrière ou entamer une relation adulte avec quelqu’un. (…) Cela peut être le vieux modèle d’une sociabilisation adulte repoussée à plus tard, ou bien la naissance d’une nouvelle culture d'”âge adulte en option”. Je pense que les deux arrivent en ce moment, et je suis à la fois curieux et nerveux de voir à quoi cela va conduire.”

Pour autant, les autres auteurs à qui le New York Times donne la parole sont plus terre-à-terre, expliquant ces évolutions par le contexte économique.

image

Lire aussi : Frustrée, la jeunesse française rêve d’en découdre

La situation en France

“Pour beaucoup de jeunes, avoir des enfants coûte trop cher”, résume la journaliste Jessica Grose, selon qui les jeunes d’aujourd’hui sont seulement “rationnels” : “ils ne veulent pas avoir d’enfants qu’ils ne pourront pas élever convenablement”.

“Les millenials [les 15-32 ans] seront bien moins obsédés par l’idée de la propriété que leurs prédécesseurs”, analyse l’économiste Ian Shepherdson : “il est bien plus facile pour un locataire de déménager pour profiter d’une opportunité de carrière, et c’est quelque chose d’important dans une économie (…) où les gens ne s’attendent plus à travailler pour le même employeur dans la même ville toute leur vie.”

“Les millenials [les 15-32 ans] sont bien plus lents que leurs parents à se marier. La mollesse de l’économie y est sûrement pour quelque chose”, selon Kim Parker, une directrice de recherche de l’institut Pew Center : “d’après nos observations, un quart des millenials ne se seront jamais mariés lorsqu’ils auront atteint le milieu de leur vie. Ce sera la part la plus haute jamais observée dans l’histoire moderne.”

Dans ce paysage, le point de vue le plus optimiste vient de l’avocate Binta Niambi Brown, qui trouve “admirable” la manière dont les jeunes générations prennent leurs décisions. Elle remercie en ça Internet et les réseaux sociaux : “l’économie du partage, si elle devient plus solide, pourra permettre de réduire la consommation. (…) La technologie donne aux jeunes adultes des possibilités que les générations précédentes ne pouvaient pas avoir au même âge.”

Advertisements

2 responses to “La jeunesse actuelle a-t-elle envie de devenir adulte ?

  1. Senatssekretär FREISTAAT DANZIG says:

    Reblogged this on Aussiedlerbetreuung und Behinderten – Fragen.

    Like

  2. cecile330 says:

    Reblogged this on nous sommes notre monde and commented:
    Altérité quand tu nous tiens

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: